3 juin 2015 D’Ajaccio à Ajaccio, 25 jours en Corse

D’Ajaccio à Ajaccio, 25 jours en Corse

Après un article sur la Corse axé sur le super accueil des Corses quand on est en camping-car ;), place à un article plus généraliste. A quoi ont ressemblé nos trois semaines en Corse ?

D’Ajaccio à Ajaccio

J’avais déjà relaté, dans un billet précédent, nos deux premières semaines, d’Ajaccio à Ajaccio en passant par Corte, Ocana et Conca, un village près de Porto Vecchio. Avec du recul, on peut dire que la première semaine fut une période de “prise de marques” et que pour la deuxième semaine, nous n’avons pas chômé niveau escalade ! Je pense que nous n’avions jamais autant grimpé en famille… Et ça fait du bien ! Je pense écrire bientôt un petit billet sur l’escalade avec des enfants car on m’a interpellé plusieurs fois à propos de ces photos où mes enfants évoluent à quelques mètres du sol. Et je n’ai jamais écrit de billet là-dessus ! Bientôt donc !

enfant escalade - anna grimpe - fotovertical

 

Une troisième semaine en Gravona

Pendant les trois jours où j’étais au salon des blogueurs de voyage, Francisco a décidé d’explorer un peu les alentours du camping où nous étions posés, notamment à Boccocagno. Dans quelques semaines, nous publierons une vidéo sur notre trip en Corse avec pas mal d’images, je pense, réalisées dans la haute-vallée de la Gravona. Comme on dit… Stay tuned!

De mon côté, j’ai rencontré des blogueurs et des professionnels du tourisme. J’espère que les quelques rencontres bien sympathiques que j’ai pu faire seront suivies d’échanges et de collaborations. Croisons les doigts !

 

Derniers jours en Corse

blog-voyage-corse-fotovertical-festival-en-montagne

Puis ce fut un week-end sous le signe de l’alternative, avec un joli festival organisé par un militant pour les droits de l’homme et l’écologie, maraîcher bio et artisan du cuir. J’ai nommé Jean-Yves Torre, avec qui je n’ai malheureusement pas pu discuter. C’était la dixième édition de ce festival, sans subventions et sans trop de publicité. Le principe ? “Un espace ouvert pendant trois jours à tous les mouvements sociaux, féministes, de lutte contre le racisme, associations culturelles, d’éducation populaire et du secteur de l’économie sociale et solidaire, organisations de lutte pour l’environnement, et de solidarité internationale avec les paysans…” (Corse Matin).

C’est agréable de voir que le bouche-à-oreilles fonctionne encore et n’a pas été totalement supplanté par Facebook et consorts ! Sur le coup, j’étais un peu perdue. Je voulais des infos, un programme, le lieu exact… de ce festival dont des Corses m’avaient parlé et je n’ai rien trouvé sur Internet. Qu’importe, on souhaitait quand même y aller, pour “voir”. Et nous n’avons pas été déçus. Ambiance familiale, débats intéressants et jolis concerts, dans un petit coin de paradis.

blog-voyage-corse-fotovertical-festival-enfants

Un espace prévu pour les petits et grands, avec feuilles et crayons à disposition… et l’arbre comme support à jolis poèmes.

blog-voyage-corse-fotovertical-panneau

blog-voyage-corse-fotovertical-tomas-festival

Nature Sounds :)

A noter un projet qui a l’air fort intéressant : Bouge Ta Corse. (Lien vers leur page Facebook). Une belle initiative pour partager de l’économie sociale et solidaire… et positive ! J’ai été conquise par ce projet qui prend la forme d’un magazine mensuel et qui relaie de belles actions, des portraits de Corses qui “bougent” et qui donnent vraiment envie de bouger.

Retour précipité

Suite à ce festival qui avait lieu vers Vico, au nord d’Ajaccio, nous avons souhaité continuer notre route vers Corte, puis vers la Castagniccia et l’Ile Rousse. Nous avions connu un petit “bas” après quelques jours dans la haute-vallée de la Gravona (et un pot d’achoppement éclaté !) ; le festival et la rencontre avec un des rédacteurs de “Bouge ta Corse” nous avait requinqué. Nous allions partir à la rencontre d’un berger, d’une faiseuse de paniers… Et puis. Devoir payer un camping une fois de plus, s’imaginer tout le travail qui nous attend à notre retour dans l’Aude… On faiblit. On fatigue. Nous ne sommes pas dans un voyage au long cours et pourtant je pense que nous réagissons un peu pareil que ceux qui partent longtemps. Il y a des hauts, des bas. Des jours où on a qu’une envie : se poser quelque part et ne rien faire. Puis un regain d’énergie grâce à une rencontre, grâce à soleil qui s’est trouvé un passage entre deux nuages. Alors on repart, en pleine forme. On tire des plans sur la comète, on avance. Pour ensuite fléchir de nouveau. Il y a eu de très jolis hauts lors de ce voyage avec des paysages merveilleux, partout, entre les forêts de hauts arbres, les montagnes, les plages et les maquis. Avec des rivières, des rochers, et le soleil qui illumine toutes ses beautés. Avec de belles rencontres et des sourires. Mais trop de bas qui nous sont fait avancer notre retour.

blog-voyage-corse-fotovertical-montagne

Nous sommes donc partis d’Ajaccio au lieu d’Ile Rousse, le 12 mai au lieu du 23. Décidément, nous avons comme ressenti l’appel d’Ajaccio tout au long de ces trois semaines  ! Et ça m’a permis d’être là, sur le Continent, pour fêter l’anniversaire de ma mère le 23 mai et découvrir une petite nièce toute mignonne, née le 22 mai. C’est ça aussi les retours… On peut voir les proches :-).

 

sem, libero felis id fringilla quis ut id Curabitur porta. accumsan