Blog / Blog Home / France / 30 août 2015

Du Brésil à la France, trajectoire…

A 28 ans, Francisco a eu envie – ou besoin ? – de quitter le Brésil, afin de commencer une nouvelle vie. Il a atterri en France sans connaître un mot de français. Dans ses bagages : diverses compétences, de la motivation et des sous pour tenir quelques mois à Paris avec sa femme. C’était il y a dix ans. 

 

Du Brésil à la France

Il n’y a rien d’extraordinaire dans cette trajectoire de vie. Combien sont-ils ceux qui, un jour, décident de tout lâcher pour partir à l’aventure dans un pays étranger ? Ils sont nombreux je pense. La trajectoire de Francisco n’est pas extraordinaire selon moi mais cela force cependant un peu le respect, lorsqu’on voit le chemin parcouru, l’équilibre trouvé loin de sa base. Francisco n’était pas malheureux au Brésil : il avait un travail, plein d’amis, il faisait du bodyboard, de l’escalade, du vélo et de la photo tous les jours ou presque. Il vivait dans la « cidade maravilhosa » ou la ville magnifique, Rio de Janeiro ! Et pourtant… Francisco a tout quitté pour sauter dans l’inconnu. Pour tenter de construire une autre vie, pour tenter sa chance comme photographe indépendant.

Sa nouvelle compagne avait vécu en France. Alors ce fut décidé rapidement, ils prendraient des billets simples pour la France. Francisco découvre lors d »une visite au Consulat du Brésil qu’il a la nationalité italienne, héritée de son grand-père. Merci papi !

francisco-blog-voyage-bresilien-fotovertical-photographe-2

Francisco en mode photographe en France, dans les Pyrénées-Orientales

 

Du Brésil à Paris

Comme beaucoup d’étrangers, Francisco assimile la France à Paris, et Paris à la France. Trois ans pour comprendre que c’est une erreur monumentale, et qu’il existe des choses à découvrir hors Paris ! Trois ans pour comprendre qu’à Paris, il y a trop de monde pour lui et que la vie est chère et grise. Six mois à vélo s’enchaînent, de Paris au Cap d’Adge en passant par Grenoble et Chamonix. Renaissance… Sa femme et lui se sont séparés, Francisco n’est cependant pas seul : son chien Fellipo l’accompagne partout.

image-fotovertical-blog-velo-bresil-france

Le vélo de Francisco, les sacoches et la carriole de Francisco !

 

Date anniversaire, 10 ans déjà

Ce mois-ci, et plus précisément le 2 août, Francisco a fêté ses dix ans en France. Pour cette date anniversaire qui lui tenait au cœur, il a passé une nuit seul, à 2000 mètres, pas loin du glacier du Tour.

francisco-photographe-fotovertical-voyage-bresilien

Francisco est bien en France. Sa vie est ici. Sa famille, son travail. Des amis aussi, même si… Quand un ami Brésilien vient nous rendre visite, je ne reconnais plus mon Francisco. Plus enjoué, plus bavard. Plus « lui » peut-être. Comme si, en compagnie de brésiliens, Francisco soulevait un coin du voile qu’il porte en France. Est-ce dû au fait de parler sa langue maternelle, un portugais chantant fait de phrases déclamées à haute voix, à grand renforts de gestes ? Ou le fait de retrouver un ami qui possède la même culture brésilienne que lui ?

francisco-blog-voyage-bresilien-fotovertical-photographe-roberto

 

Le Brésil vu de la France

J’ai croisé un homme d’une soixantaine d’années il y a quelques mois. Un Brésilien qui vit en France depuis son adolescence. Arraché à son pays, à ses copains, il l’avait très mal vécu à l’époque. De l’eau a coulé sous les ponts, il a fait sa vie en France. Mais il n’a jamais demandé la nationalité française (et ne la demandera jamais !). Car il est Brésilien avant tout. Je lui demande s’il est heureux de vivre en France. Sa réponse : « On s’en accommode… ». Ça veut tout dire ! Et même si Francisco est heureux en France, qu’il ne regrette absolument pas les choix qu’il a faits dans le passé, je pense qu’un jour, il répondra de la même manière à ceux qui lui demande s’il aime la France « On s’en accommode… ».

Bonus :) Une petite histoire Steller sur Francisco :




Bookmark and Share




Previous Post
CosmoJazz, Improvisation et Montagne
Next Post
Via ferratas, cher et sans intérêt ?