8 juillet 2015

Venez découvrir nos histoires sur Steller

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de la nouvelle application qu’on utilise, Steller. Mais avant cela, un petit mot sur Instagram.

Instagram, une utilisation quotidienne

Avec Francisco, nous préférons Instagram à Facebook et à Twitter. La raison est simple : priorité est donnée à l’image.

Je vous invite à découvrir nos comptes respectifs – si ce n’est déjà fait – et à vous abonner ;) !

@fotovertical – Francisco

instagram-fotovertical-couverture-photos

@sandraducasse

instagram-sandraducasse-fotovertical

 

Steller, l’application à découvrir

L’année dernière, j’avais vu passer, comme ça, en coup de vent, une application. Apparue sur mon Facebook, elle avait couru, d’une onglet à la liste des applications intéressantes jusqu’à ma tablette. Là, elle s’était arrêtée, à bout de souffle. Soit je n’avais pas su l’ouvrir, soit elle bougeait, trop agitée par un bug, soit je l’avais oublié en chemin, tout simplement. Je ne sais plus.

Et puis, comme tout est un éternel recommencement, même si les vies se suivent et ne se ressemblent pas, on a toujours l’impression de faire une boucle. Pas de la boucler non. De revenir, d’avancer, de tourner en rond, en spirale plutôt. Comme une vis d’Archimède. On avance même si on ne se voit pas progresser. Et on arrive au même point.

Et c’est dans cet état d’esprit que j’ai téléchargé l’application Steller il y a quelques semaines. Je l’ai aussitôt ouverte, et pour ne pas l’oublier en cours de route, une fois encore, j’ai publié une petite histoire dans l’heure. Rien d’extraordinaire. Une histoire qui n’en était pas une d’ailleurs. Plutôt un essai.
pinterest-steller-histoire-photo-fotovertical

 

Des histoires sur Steller

Alors voilà, j’ai créé une histoire. Puis une autre, une autre encore… Les voici :

 

http://blog.fotovertical.com/wp-content/uploads/2015/07/fotovertical-steller-voisins-histoire-blog.jpg » custom_lightbox= »https://steller.co/s/4cNx5qb3TBM »]

« http://blog.fotovertical.com/wp-content/uploads/2015/07/pinterest-steller-welcome-pyrenees-orientales-fotovertical.jpg » custom_lightbox= »https://steller.co/s/4bTdZnNDLMA »]

src= »http://blog.fotovertical.com/wp-content/uploads/2015/07/pinterest-steller-fotovertical-sport-photography.jpg » custom_lightbox= »https://steller.co/s/4XyyXShFnt6″]

« http://blog.fotovertical.com/wp-content/uploads/2015/07/fotovertical-steller-rio-francisco-taranto-junior-escalade-photographe.jpg » custom_lightbox= »https://steller.co/s/4XCMjj6cxpJ »]

En gros… On ouvre l’application. On choisit une des mises en page proposées, toutes simples. On importe les photos, de préférence verticales (dommage pour moi qui préfère les formats horizontaux ou carrés !). On écrit quelques mots, quelques lignes. On sauvegarde. On a créé un bouquin. Ou un magazine, un livre, un e-book. Comme on veut. Mais le fait est là. En quelques minutes – si on est bien organisés ! – on a créé quelque chose. Une histoire. Le mot est lancé. On va au-delà du post Facebook qui laisse désirer niveau présentation (noyé au milieu du fil des actualités, avec une mauvaise qualité de photo et un texte tronqué s’il dépasse les 3 lignes). Au-delà aussi de la photo Instagram, qui par nature est seule. Quel plaisir de feuilleter san production avec Steller :).

Bientôt j’en publierai d’autres, soyez aux aguets ! :) Il me suffit juste d’organiser les photos au préalable et d’écrire quelques lignes en anglais.

163cdd0fe446cc8d6a5d00ef80539b51ssssssssssssssss