16 octobre 2014

Une île grecque – Kalymnos 1

Nous venons de passer 10 jours à Kalymnos, une île grecque d’où on voit, parfois, la Turquie, à une cinquantaine de kilomètres à l’Est. On se devait d’être là afin de réaliser un reportage photo pour un magazine d’escalade.

KALYMNOS_MAP

Kalymnos, une île particulière

Les Kalymniotes sont fiers de leur île, eux qui pendant longtemps ont souffert du manque de terres cultivables. Ils ont réussi à la faire prospérer grâce au commerce d’éponges et au tourisme (notamment lié à l’escalade). Prospérer est un bien grand mot en fait. Des 24 000 Kalymniotes qui habitaient l’île en 1925, ils ne sont plus qu’une dizaine de milliers, du fait d’une expatriation massive. Tout le monde ici a une tante, un frère qui a quitté l’île il y a des années de cela pour essayer de faire fortune ailleurs, trouver peut-être une vie meilleure en Australie, aux États-Unis, en Belgique, en travaillant dans des mines ou autres…

Un Tourisme lié à l’escalade

Parmi ceux qui sont restés, un millier vit, directement ou non, du tourisme lié à l’escalade. Ces locaux, pour la majorité, ne grimpent pas mais ont bien compris les horaires des grimpeurs, leur façon de voir les choses : wifi nécessaire, prix pas trop chers et horaires décalés par rapport à des touristes « lambda ». On pourrait aussi parler des locaux fraichement implantés et qui râlent : bizarrement ils ne sont pas Kalymniotes mais belges. Trop de charges, trop de grimpeurs fauchés et radins, trop de profs de yoga improvisés sur la plage. Ils ne parlent pas de grimpeurs mais d’escaladeurs alors que ça fait 9 ans qu’ils sont sur l’île. Ils n’ont pas du parler à trop de grimpeurs francophones ! Il y a aussi ceux qui développent l’escalade ici, portent secours aux victimes de chutes… ou de chasseurs (une Rescue Team composée de volontaires). Tout ce monde cohabite avec le sourire, le soleil dans les yeux et dans le cœur malgré la crise grecque. Les femmes, même sans le sou, essaient de s’habiller le plus convenablement possible. C’est une petite île, composée de petits villages. Tout se sait ici, alors, il faut faire des efforts. Se serrer la ceinture mais -et surtout- ne pas paraître pauvre. Il faut que les maris continuent de ramener des sous à la maison, que les célibataires, parfois, combinent deux jobs dans la journée pour s’en sortir : serveur dans une boulangerie le matin, serveur dans un bar le soir, jusqu’à minuit ou plus. On discute en français avec un homme  qui a passé 25 ans  à Paris et qui nous dit «Ce n’est pas la Crise en Grèce, c’est juste du blablabla (avec moult gestes). C’est de la politique tout ça  ».

greece_kalymnos_2014-019

Un coucher de soleil à Kalymnos, un comme tant d’autres !

Kalymnos, affaire à suivre !

Bientôt un second article sur cette île où il fait bon de passer quelques jours de vacances. Quant à nous, nous préférons plutôt les voyages aux vacances… Suite de la série « Kalymnos » dans quelques jours !

17151b3bf025a04d9872201b4befcdb1CCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCC