Photo / Photos / Productions / 10 septembre 2014

Une photo au MAP et de la street !

Le MAP, c’est un festival photo à Toulouse dont le thème est, pour cette sixième édition, la street photography.

Chapeau aux organisateurs pour avoir monté de belles expositions gratuites. Vous pouvez retrouver le programme complet du festival sur map-photo.fr. Mais également chapeau pour avoir favorisé la participation du public grâce à diverses opérations :

  • J’ai participé à un workshop en juin, par Ulrich Lebeuf et Frédéric Stucin. Le thème était la street photography et j’en suis sortie enchantée. Non pas d’avoir appris ce qu’était ce courant photographique (comment peut-on le définir d’ailleurs ?), mais d’avoir entendu un photographe reconnu parler de son travail et de photo en général, et ce dans une bonne ambiance.
  • J’ai aussi participé à un concours Instagram qui se déclinait en trois thèmes : #Pimpmyroad, #Streetaire2014 et #auto_portrait2014. Quel plaisir de faire partie des 20 lauréats exposés pendant le festival ! Hier, j’ai profité d’un passage éclair à Toulouse pour aller voir  cette exposition.

sandra-4799

Exposition suite au concours Instagram, au Quai de l’Exil Républicain

sandra-ducasse-0906

La photo sélectionnée : un auto-portrait dans notre camion.

Et la street photography dans tout ça ? Si l’on se réfère à Wikipédia, c’est « une branche en photographie dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans des situations spontanées et dans des lieux publics comme la rue, les parcs, les plages, les grands magasins ou les manifestations. ».

Il se trouve que j’ai regardé un film sur ce thème (Everybody Street) ; découvert Instragram (où il y a de très nombreux spécialistes de ce courant) ;  assisté au workshop du MAP et tout cela en peu de temps… Résultat : j’ai vite été motivée pour faire mes premiers clichés de street !

Le problème principal est que je n’aime pas trop être en ville. J’ai donc préféré, un jour où j’avais un peu de temps libre, aller dans la ville voisine (seulement 3300 habitants) pour revenir avec, j’espérais, des dizaines de clichés. La réalité m’a rattrapée : je n’ai pas osé photographier les 3-4 personnes croisées en une heure ! Je n’avais pas pensé qu’il était plus facile de commencer la street photography en ville, avec du monde pour se cacher, du bruit pour couvrir le déclic de l’appareil… Bref, ce fut un échec ! C’est comme cela qu’on apprend, non ?

Je persévère, et les rares fois où je vais en ville (de préférence les jours de marchés), je suis prête à « dégainer ». J’essaie de prendre quelques photos, discrètement, car je n’ose pas encore surgir devant une personne pour provoquer une réaction de surprise, comme le font parfois des photographes reconnus. La semaine dernière j’étais à Perpignan, hier à Mirepoix, les réglages effectués au préalable, l’appareil accroché au cou, j’ai essayé de déclencher au bon moment…

 

sandra-4710-3

Au marché de Mirepoix, Ariège…



Bookmark and Share




Previous Post
Visa pour l'image/Perpignan - Découverte
Next Post
Des photos argentiques de rêve